Accueil > Médias > La petite Reine Miko > Le Tour de France

Le Tour de France

Maillot Jaune, sprints “point chaud”, équipes, caravane… Pendant les années 70-80, Miko a fait fondre le peloton, devenant star du petit écran au même titre que les forçats de la route. Retrouvez l’histoire de ce fabuleux destin.

D’Eric Leman (1971) à Laurent Fignon (1983), Miko et Maillot Jaune ne faisaient qu’un. Les plus accros à la tunique “glacée”, les grands hommes du Tour, ont souffert pour la conquérir et ont du même coup fait entrer Miko dans la légende. Eddy Merckx, vainqueur de 5 Tours de France dont ceux de 1971, 1972 et 1974, aura porté le Maillot Jaune Miko à 68 reprises (sur 96 au total). Il devance Bernard Hinault, deuxième, qui l’a porté 55 fois, et Joop Zoetemelk (22 fois). Sur les étapes, certains spectateurs encouragaient le leader en criant “allez Miko !” quand ils ne connaissaient par son vrai nom… Tout un symbole.

La marque à la banquise a également parrainé, c’est un comble, “les points chauds du Tour”, plus connus aujourd’hui comme sprints de bonification. Les meilleurs sprinteurs s’élançaient à différents moments de l’étape pour remporter un sprint et tenter de glaner le Maillot Vert. Aux arrivées du Tour, les vedettes du show-biz côtoyaient les champions sur les podiums sur fond de bannières Miko !

Mais Miko, le champion des glaces, a bien sûr tenu l’un des premiers rôles dans la caravane du Tour. Une manière d’aller à la rencontre de ses consommateurs et d’en séduire de nouveaux. Lors de l’édition 1975, le Tour de France se conclue pour la première fois sur les Champs Elysées. Sponsor du Maillot Jaune, Miko défile avec vingt camions sur la plus belle avenue du monde.