Accueil > Historique > L’épopée des glaces Ortiz > Débuts Bragards

Débuts Bragards

Arrivée à Saint-Dizier en 1921, la famille Ortiz développe son commerce de crèmes glacées. Parents et enfants participent à l’aventure et sillonnent la région à bord des triporteurs…

En 1921, la famille Ortiz décide de partir à Saint-Dizier pour y être ambulant. Direction donc la Haute-Marne et le pays bragard. Ce terme viendrait du surnom des habitants de Saint-Dizier : les “braves gars”.

Luis Ortiz y crée son entreprise de glaces et s’équipe de carrioles afin d’étendre la zone d’influence de ses produits glacés. Après la naissance du benjamin de la famille, Joseph, les cinq enfants Ortiz seront progressivement intégrés au développement de la petite affaire.

Incontournables dans les rues de la cité bragarde, Louis, Jean, Vidal, André et Joseph sont affectueusement appelés les “Titiz”. Chef de cette fratrie, Louis se charge dès l’obtention de son certificat d’études des formalités juridiques et fiscales de l’entreprise Ortiz. Il n’a que 12 ans mais fait preuve d’une rare maturité, doublée d’un esprit conquérant.A lui seul, il parcourt quotidiennement 10 à 15 kilomètres de sa carriole de glaces. Les alentours de Saint-Dizier font partie du voyage, de Wassy à Joinville, en passant par Ligny-en-Barrois.

Peu à peu, la fabrication des glaces se modernise. En 1930, la sorbetière à manivelle est remplacée par une machine à turbines électriques. Deux ans plus tard, les Glaces Ortiz se munissent d’une installation de froid, et procurent des conservateurs à leurs clients pour stocker les glaces. Arrivent ensuite, les triporteurs à moteur Juery, permettant de quadriller la région, et donc de développer les ventes. Avec travail, instinct et talent, la famille Ortiz ne connaîtra plus de périodes difficiles. Les beaux jours ne font que commencer.